À PROPOS DE MON OEUVRE.....

J'éprouve une véritable fascination pour les plis.
Le pli m'émeut, il est une obsession pour moi. Je vois des plis partout.
Je ne le montre pas, mais l'être humain est omniprésent dans mon travail, ce qui semble une contradiction, est pour moi essentiel.
Je préfère sa trace, son passage, son empreinte.
Je travaille toujours sur un thème pendant deux ou trois ans jusqu'au moment où je perds l'intérêt pour mon sujet. À cet instant je m'arrête. Alors commence une période de crise très difficile qui peut durer de quelques semaines à quelques mois, jusqu'au nouveau souffle qui me fait repartir dans un nouveau travail. Raconter, décrire ou expliquer n'a jamais été mon propos. Je ne cherche jamais la seule représentation d'un sujet, chaque thème est un prétexte à travailler. À partir des "TÉMOINS"1985-1988 "TRACES"1989-1991 "TERRA DI SIENA"1991-1994 les rayures s'imposent d'elles-mêmes, ce sont elles qui me permettent le mouvement et la couleur. Entre 1981-1997 après avoir travaillé longtemps à l'huile, j'ai employé l'acrylique, qui convenait mieux à mon rythme de travail.

Mon travail a souvent un aspect sculptural. Les séries "APPARENCES" et "DRAPEAUX" 1981 à 1985 sont peintes sur toile, marouflées sur toile de jute rigide, découpées aux contours du sujet et sont à peine bombées par une structure légère au dos de la toile. Les découpages se sont imposés à moi dès l'instant ou j'ai compris que peindre un mur derrière mon sujet ne m'intéressait pas, cela me semblait un espace restreint, alors qu'en le découpant je lui rendais sa liberté.
1989-1991 "TRACES" sur le thème du lit, la toile retrouve un châssis mais est capitonnée et peinte sur ses côtés.
Ainsi qu'en 2009-2010 Les «PRÉSENCES» sont des sculptures de toile de lin.

En 2000, c'est avec les "HANDSCAPES" que je suis venue à la photographie numérique.

Depuis toujours je voulais faire un travail sur le thême de la paume de la main. J'ai fait plusieurs tentatives avec le dessin, la peinture, sans jamais trouver le juste médium pour exprimer ce que je ressentais. Un jour, repensant à ce sujet qui me revenait régulièrement, j'ai photographié la paume de mes mains. J'ai fait développer ce film et trouvé le résultat surprenant. J'ai posé toutes ces photos sur une table et j'ai commencé à jouer avec, les retournant, les assemblant comme pour un puzzle.
 


puzzle. Soudainement, m'est apparue une image qui était exactement ce que j'avais toujours voulu faire. J'ai scanné ces montages pour les assembler et les travailler sur mon ordinateur. Travailler la photographie numérique est magique pour moi, j'y trouve de nouvelles possibilités.
2002-2003, Je redécouvre des photos des collines de Sienne en Italie, prises en 1990 pour une série de peintures dont le titre est "TERRA DI SIENA" 1991-1994. j'en ai fait des photomontages. Cette série s'appelle "COLLINE SENESI"

2004-2006, Je fais une série de photos appelée "BLACKLIGHT" et "BLANCPLIS"

2008 "PRÉSENCES" Sculptures en toile de lin, peintes avec des couleurs pour textile,  montées sur structures de parasols en bois.
J'ai toujours été impressionnée par les grands parasols italiens, quand ils sont fermés, avec leurs capuchons,
ils m'évoquent des silhouettes humaines.
Je fais venir d'Italie de grands parasols, pour ne garder que leurs structures en bois, j'en retire la toile pour
la remplacer par une très belle toile de lin que je peins avec des couleurs pour textile.
Groupés, en connivence, ces ‘personnages' semblent, dans un chuchotement, échanger quelques secrets.


 

EH